Vendredi 27 novembre 2020.

La recherche effrénée d’un vaccin ou d’un traitement pour lutter contre la pandémie du coronavirus a mis en lumière l’existence de réponses aux maladies basées sur des ressources et des savoir-faire locaux. Ceux-ci sont cruciaux dans les pays du sud où la pharmacopée occidentale est peu disponible. Comment s’organiser pour les inscrire dans une logique de résilience, préventive et curative ?

Cet atelier s’est déroulé sous forme de table ronde le Vendredi 27 novembre. Trois intervenant-e-s sont venu-e-s y apporter leurs contributions. Il a rassemblé des participant-e-s connecté-e-s via l’outil numérique ZOOM et des participant-e-s présent-e-s physiquement à Ouagadougou, Burkina Faso.

Michel Pidoux

Biologiste et Expert des huiles essentielles Malgaches (Association Jardins du Monde & association Phytoaroma)

Intervention

Un système de santé communautaire résilient par l’usage des plantes médicinales et des huiles essentielles :

Évelyne Kantiono

Responsable formations « santé » à l’association Jardins du Monde Burkina Faso.

Intervention

La réalité d’accès aux soins au Burkina Faso :

Interview réalisé par Matthieu Laurentin, coordinateur de Jardins du Monde Burkina Faso.

Saïfoulaye Kanon

Responsable production à l’association Jardins du Monde Burkina Faso.

Intervention

La préservation des milieux pour un meilleur accès aux ressources et la valorisation des plantes médicinales au Burkina Faso :

Interview réalisé par Matthieu Laurentin, coordinateur de Jardins du Monde Burkina Faso